• FPA_ADMIN

Article

Dernière mise à jour : 16 mars

Le trésor d'un Lillois passionné de monnaies anciennes mis aux enchères pour plus d'un million d'euros


Mardi 25 janvier 2022 à 22:29 - Par Alice Marot, France Bleu Nord, France Bleu

Lille

Une vente exceptionnelle se prépare, ces mercredi 26 et jeudi 27 janvier à Lille. La collection de pièces rares et anciennes d'un Lillois passionné, estimée à plus d'un million d'euro au total, et va être dispersée pendant deux jours de vente aux enchères au couvent des Minimes.



La collection compte aussi des pièces d'or de l'époque antique. © Radio France - Alice Marot

Une impressionnante collection de monnaies rares et anciennes va être mise aux enchères, ces mercredi 26 et jeudi 27 janvier au couvent des Minimes à Lille. Il s'agit de la collection du Docteur F., un médecin lillois passionné. Un véritable trésor de plus de 800 pièces au total, dont la valeur réunie dépasse le million d'euros.

Plus de deux millénaires

Pendant plus de 50 ans, le Docteur F. a rassemblé des centaines de pièces. A son décès, sa famille, qui souhaite rester anonyme, a décidé de disperser sa collection. Il a alors fallu plus de 3 mois à l'équipe de commissaires priseurs et d'experts en numismatique, la science des pièces, pour trier, photographier, étiqueter chacune des monnaies.

Thierry Parsy est expert auprès de la cour d'appel de Paris, il supervisé ces opérations : "Cette collection est impressionnante, s'émerveille-t-il. Il y a des pièces qui datent de la période archaïque de Crésus, au IVe siècle avant Jésus-Christ, et on va jusqu'à la Ve République ! On a donc couvert tout l'histoire de France et une partie de l'histoire antique."

Il y a des pièces qui datent de la période archaïque de Crésus, au IVe siècle avant Jésus-Christ, et on va jusqu'à la Ve République !

En parcourant les dizaines de plateaux où les pièces sont entreposées derrières des vitrines fermées à double tour, on trouve aussi des sesterces, la monnaie d'Astérix, des florins italiens, mais aussi des pièces de la région, comme ce grand heaume d'or du comté de Flandres, qui date du XIVe siècle.



Grand heaume d'or datant du XIVe siècle. "Deux lions sous un dais gothique, soutenant un heaume au dessus de l’écu de Flandre incliné", indique le catalogue. - Etude de Maître Wattebled (document transmis)

Le clou du spectacle, c'est une série complète de louis d'or de la période Louis XVI, des monnaies qui étaient réservées aux proches du roi. "Si d'un premier coup d'œil, on a l'impression qu'elles sont toutes identiques, le passionné sait les différencier et retracer leur origine, détaille Baptiste Portay, commissaire priseur, en sortant le plateau de la vitrine. Par exemple, sur celle-ci, vous voyez la lettre K qui correspond à un atelier de frappe bien précis." Et en cas de doute, on peut toujours se référer aux nombreux ouvrages rares et pointus du Docteur F., également mis en vente.

De 150 à 40.000 euros la pièce

Reste la question que tout le monde se pose : combien coûtent ces pièces de collection ? C'est Baptiste Portay qui répond : "On a des pièces qui commencent à 120, 150 euros en estimation basse, et on va jusqu'à 40.000 euros. On espère atteindre un million, un million et demi avec la vente totale", explique-t-il.

On espère atteindre un million, un million et demi avec la vente totale

C'est une pièce du XVIIIe siècle, un "essai sur flan or de l'écu au bandeau", frappée à seulement 50 exemplaires, qui détient cette plus haute estimation à 40.000 euros.


Cet essai sur flan or de l’écu au bandeau, daté de 1740, est estimé entre 30 000 et 40 000 euros. © Radio France - Etude de Maître Wattebled (document transmis)

Certains acheteurs potentiels sont déjà venus inspecter les pièces, pendant les jours d'exposition. Ils examinent les lots qui les intéressent sous une lumière spéciale pour s'assurer qu'il n'y a pas de défaut. D'autres suivront la vente à distance, ils devraient être plusieurs centaines, venus du monde entier.

Parmi eux, des collectionneurs, des marchands, et même des musées. Ce qui réjouit particulièrement Baptiste Portay : "Participer au passage de relai d'un objet, c'est se dire qu'on a participé à la sauvegarde de la mémoire et de l'histoire de cet objet, c'est valorisant !"

Les premiers coups de marteaux seront donnés à partir de 14h, ce mercredi 26 janvier au couvent des Minimes.

Alice MarotFrance Bleu Nord


32 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout